Maison Ferrari © Ville de Clamart
LA
MAISON FERRARI
Héritage de la Duchesse de Galliera qui consacra les dernières années de sa vie à de bonnes œuvres, la Maison Ferrari, à l’origine hospice pour gens de maison, affirme son style « renaissance italienne » et abrite de somptueux décors intérieurs.

En 1878, l’épouse du marquis de Ferrari fait construire deux établissements : l’orphelinat Saint-Philippe de Meudon, ainsi que l’hospice Ferrari à Clamart pour son personnel à la retraite. Léon Ginain, son architecte favori, auteur du palais de Galliera et de l’église Notre-Dame-des-Champs à Paris, réalise l’hospice. Il est achevé dix ans plus tard. Elle le souhaite aussi joli que sa résidence qui n’était autre que l’hôtel Matignon.

La Maison s’inspire des constructions hospitalières parisiennes du milieu du XIXe siècle, comme l’Hôpital Lariboisière ou l’Hôtel Dieu. Le vocabulaire architectural de l’édifice emprunte aussi à la Renaissance italienne, avec ses façades en pierre de taille blanche, sa toiture d’ardoise et ses sols de marbres. Ce n’est qu’en 1952, lorsque les nouveaux statuts sont rédigés, que l’hospice prend le nom de Maison de retraite Ferrari.

À l’origine, l’hospice était destiné au personnel de maison. Il demeure gratuit jusqu’en 1914, et jusqu’en 1964 c’est la congrégation vendéenne des Sœurs de la Sagesse qui s’occupe de soigner les pensionnaires.

La façade principale, toute en longueur, est construite en pierre de taille, alors que le reste des bâtiments fait alterner brique et pierre. Ses onze travées avec leurs ouvertures en plein cintre rythment l’édifice. La travée centrale est surmontée d’un modeste fronton qui présente le nom de la fondation. Les façades et toitures sont inscrites au titre des Monuments historiques.

La chapelle, dédiée à saint François d’Assise, constitue l’axe de symétrie de l’édifice. Classée Monument historique, elle présente un décor intérieur d’inspiration byzantine avec des mosaïques qui rappellent le décor des églises italiennes de Ravenne.

La Maison Ferrari héberge aujourd’hui un EHPAD.

Maison Ferrari © Ville de Clamart

Vue du ciel de la Maison Ferrari © Demain TV, Jérôme Joinet

Jardin et chapelle de la Maison Ferrari © Ville de Clamart


Dès le hall d’accueil de la Maison Ferrari, le visiteur est saisi par la hauteur de plafond de ce bâtiment immaculé. Au centre, une cour carrée rappelle les cloîtres cisterciens. Encadré par des arches qui rythment les colonnes, le calme jardin fleuri de roses est propice à la méditation.

Classé Monument historique, le château d’eau prend place dans un jardin paysager du XIXe siècle. Qualifié par les architectes « d'Unicum Architectural", un spécimen unique dans l’histoire de l’architecture, il est le seul monument historique à avoir été sélectionné par Stéphane Bern dans le cadre de sa mission "Patrimoine en péril" (édition 2018). Cet édifice construit par Prosper Bobin, le premier réalisé en béton armé selon le procédé de l’inventeur Joseph Monier, nécessite une rénovation onéreuse. Cette construction lourde est visuellement atténuée par un décor d’arcatures et de cabochons qui lui donne l’apparence d’une fabrique de parc paysager.

La cour intérieure de la Maison Ferrari © Ville de Clamart, Photo Jérémie Brudieux

Colonnade de la cour intérieure © Ville de Clamart

Le château d'eau de la Maison Ferrari © Ville de Clamart

La Duchesse de Galliera (1811 - 1888)

Marie Brignole-Sale, Marquise de Ferrari et Duchesse de Galliera, mécène clamartoise, crée une double fondation composée de l’Hospice Ferrari à Clamart et d’un orphelinat à Meudon.

La Duchesse de Galliera photographiée par Nadar